Voyage à Madagascar – épisode 3 : Tsaratanana

Vendredi 24 juin 2016

Ce matin, nous avons pris la route en pick up pour aller visiter une zone cannelle de notre projet Tsaratanana (se prononce “Tsaratanane” ) que nous espérons prometteuse.

En route, nous avons pris notre guide malgache.
Nous avons rendez-vous avec le propriétaire d’un grand terrain d’env. 110 hectares pour voir s’il y a moyen de développer un projet sur ses terres.
Les pistes et chemins à Madagascar sont très cahoteux, des cuvettes de 1 à 2 m de diamètre et des creux allant de 10 à 50 cm de profondeur sont nombreux ( !), le conducteur zigue-zague entre les trous, on est sans cesse secoué sur son siège.
IMG_2514
Les trous sont de temps en temps bouchés par des tas, qui sont aplatis au fur et à mesure que les camions et voitures passent dessus ;-)
Arrivés sur une route goudronnée, cela s’améliore mais il y a toujours des moments où le goudron a souffert, des creux se sont formés, il faut ralentir pour passer la zone.
Heureusement Stella conduit depuis plus de 20 ans, elle est adroite et connaît bien la région.
Après environ 30 mn de route goudronnée, nous avons continué par 30 mn de chemin creux et bosselé jusqu’à arriver au chemin d’accès de la zone qui est creusé dans la terre à la largueur d’un pick up – pas plus…
Le propriétaire n’est pas là, nous décidons de commencer à vérifier la densité des canneliers. Nous repérons une zone avec de vieux canneliers qui conviendront bien pour la cannelle grattée.
Il faudra déterminer combien de troncs par buisson il convient de couper pour assurer un renouvellement suffisant tous les 3 ans. Ce sera le travail d’une stagiaire agro venue visiter la zone avec nous.
IMG_2540
Ce n’est pas une plantation bien alignée, les canneliers ont poussé là comme la nature l’a voulu, les hommes ont prélevé des branches de temps à autres mais les buissons de canneliers sont fournis et prometteurs.
Plus loin, on trouve des bosquets aux troncs plus fins, plus adaptés à réaliser des tuyaux de cannelle.
Au bout de 20 mn, Stella décide d’appeler le propriétaire pour voir s’il arrive bientôt. Elle apprend qu’en fait, il est retenu chez lui car l’oncle de sa femme est mort, la rencontre est reportée à la semaine d’après. Quel jour ? Bah, il précisera plus tard… C’est fréquent par ici de voir annuler les rendez-vous au dernier moment, sans être prévenu avant son départ alors que la personne a elle-même plusieurs heures de route.
Cela fait plusieurs mois qu’elle prospecte pour trouver des zones suffisamment bien fournies, avec des propriétaires coopérants, des paysans intéressés à développer quelque chose avec elle.
Nous espérons tous que le projet va pouvoir se développer cette année et commencer à donner des fruits dès l’année prochaine.
Mais il faut être patient !
IMG_2566
Nous avons continué notre exploration de la zone et découvert une aire plane bien ensoleillée avec des cocotiers après avoir traversé une petite rivière sur un arbre couché. Installer ici une case de stockage et une aire de séchage serait idéal.
Nommer un responsable du lieu, le charger de surveiller la transformation, avertir quand une bonne quantité de cannelle est prête serait ses tâches.
Pendant notre exploration, Stella a chargé notre guide d’aller compter le nombre de canneliers sur une autre partie des terres.
Il a pris son travail très au sérieux et m’a montré son cahier où il avait fait une croix pour chaque cannelier important. Il en avait dénombré 2319 !IMG_2583

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *