Voyage à Madagascar – épisode 8 : Réunion avec des producteurs de curcuma ESR

vendredi 8 juillet
Herintsoa et son épouse nous ont invités à partager leur délicieux repas fait de salade de carotte, de poisson, de riz arrosé d’un bouillon de brets (sorte d’épinard sauvage).
L’après-midi la case de Herintsoa a accueilli toutes les productrices et producteurs prêts à venir à la réunion en ce début de récolte 2016. Certains ont préféré rester chez eux, pour ne pas risquer de se faire voler (déterrer) leur curcuma dans les champs.
IMG_3166
Les 4 femmes membres du bureau de l’association Tsirinala étaient présentes, Herintsoa le collecteur aussi, Phael Flor était représentée par Hery, Arcadie par moi et 11 producteurs et productrices avaient répondu présents.
L’association des producteurs de curcuma a été créée en 2006 ; son nom qui se prononce “tsirnal » veut dire « originaire de la forêt”. L’association est très active et prend son rôle de gestionnaire du fonds de développement très à coeur. Elle regroupe 67 membres et leur famille qui produisent du curcuma pour Phael Flor/ Golgemma/ Arcadie, les 3 partenaires pour ce projet, sur 41 hectares.
Herintsoa parlant au nom de tous les producteurs est très heureux de m’accueillir venant de si loin, et exprime leur satisfaction de travailler avec Arcadie depuis tant d’années.IMG_3147
Nous revenons ensuite sur l’expérience avec les zébus et kassines pour le travail du sol dont le financement avait été décidé lors de ma dernière visite.
Ils m’expliquent que le binôme zébu et kassine avait surtout profité aux producteurs qui avaient des terrains relativement plats et sans racines ; pour les autres, cela n’a pas fonctionné. Par ailleurs, en dehors de la période de culture, la gestion des zébus, leur garde par des gardiens payés par l’association, n’avait pas é
té très simple. Les zébus vieillissants ont fini par être vendus, les kassines conservées par le collecteur Herintsoa. Les producteurs ne souhaitent pas reprendre de zébus, ils préfèrent continuer à planter avec les bêches et les pelIMG_3145les.
Herintsoa nous fait ensuite part de leur principal souci : beaucoup de collecteurs viennent dans cette zone pour chercher du curcuma et proposent des prix supérieurs aux leurs. Une augmentation du cours assez importante semble déjà en train de se mettre en place.
Hery souligne les avantages qu’ils ont de travailler avec Phael Flor et Arcadie :
– ils sont assurés de pouvoir vendre leur récolte chaque année, ils en ont l’assurance vu que les besoins d’Arcadie vont toujours croissant (cela ne s’est pas démenti depuis le début de notre partenariat il y a 10 ans)
– pouvoir bénéficier des actions collectives choisies par l’association dans laquelle chacun peut exprimer son point de vue, et le fonds de développement est assez conséquent pour pouvoir mener à bien plusieurs projets chaque année
– bénéficier du transport dans les pirogues de l’asso et des sacs neufs de leur terrain jusqu’à l’aire de lavage du curcuma
– livrer les rhyzomes de curcuma en frais sans se soucier de leur transformation pendant ces périodes où la pluie est assez présente.
Nous leur donnons l’assurance que nous allons suivre leur progression de développement, car Arcadie a des besoins en croissance et que leur curcuma est de très bonne qualité.
Le fond de développement (FD) 2014 a servi à financer :
– du matériel scolaire pour la petite école primaire du quartier où vont leurs enfants
– à réhabiliter la route en comblant les trous avec des graviers et de la terres
– à financer une grosse pirogue permettant de convoyer 5 tonnes de curcuma frais.IMG_3156
Le FD 2015 a permis de financer :
– une petite pirogue qui convoie 2,5 tonnes de curcuma frais
– de réaliser le drainage des rues d’Anivorano en creusant des caniveaux sur un côté de la rue pour évacuer l’eau
– une formation pour apprendre à faire des plants en pépinière : 1000 plants ont été distribués à tous les producteurs pour favoriser le reboisement
– à réhabiliter encore les routes avec graviers et terre
– à financer un moteur de 6 chevaux pour les pirogues pour les producteurs qui sont éloignés.
– à participer par le financement de matériaux de construction à l’entretien des locaux du collège public.
Lors de la dernière AG de l’association le 28 mai 2016, les membres ont noté tous les projets que les producteurs souhaiteraient voir financer pour 2017. Le choix se fera selon les priorités.
Nous clôturons la réunion par une photo de tous les participants réalisée par Max et par les remerciements chaleureux de part et d’autre pour la confiance accordée et le souhait que perdure le partenariat équitable qui nous unit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *